lundi 24 juillet 2017

# discussion # réflexions

Est-ce que je possède trop de choses?

Depuis mon retour de vacances, une réflexion a complément envahi mon esprit : est-ce que je possède trop de choses? Après deux semaines en vacances à vivre avec juste l'essentiel et peu de choses, mon retour chez moi s'est avéré plus compliqué que je ne l'imaginais.

Je pars chaque été en vacances, et chaque été, j'ai hâte de rentrer vers la fin des vacances. Pour retrouver mon 'confort', me dis-je à chaque fois. Le sous-entendu: retrouver toutes mes affaires, vêtements, livres et autres bricoles plus ou moins utiles. Sauf que mon retour cette année a été bien différent : je me suis sentie envahie et oppressée en retrouvant mon chez-moi et toutes les affaires qui envahissent mon espace vital

Le soir de mon retour Ă  la maison, je n'arrivais pas Ă  dormir. Parce que je m'Ă©tais habituĂ©e pendant mes vacances Ă  une petite chambre avec une petite armoire, un lit, une chaise et une table de chevet ridiculement petite. On pouvait juste y poser une lampe. Dans cette petite chambre, il n'y avait que l'essentiel finalement: de quoi bien dormir et de quoi stocker quelques vĂŞtements. Finalement, c'Ă©tait valable pour le reste de la maison: il n'y avait que ce dont on avait vraiment besoin et peu d'objets superflus ou en double. En rentrant, j'ai retrouvĂ© une chambre envahie d'objets: livres, vĂŞtements, gadgets, dĂ©cos... J'ai tellement de vĂŞtements, de sacs Ă  main, de livres et autres choses qu'au lieu d'avoir toutes ces choses bien rangĂ©es, les affaires s'empilaient dans des coins. 

J'ai bien vite compris que faire un simple rangement drastique, comme je fais très rĂ©gulièrement quand on y pense, ne suffirait pas. Le lendemain matin, j'ai regardĂ© en dĂ©tails tous les vĂŞtements que je possĂ©dais. Il faut dire que pour une majoritĂ© partie d'entre eux, je ne les porte pas rĂ©gulièrement. Ils sont soit trop petits, soit trop grands, soit trop habillĂ©s, trop dĂ©contractĂ©s... bref, depuis des annĂ©es, j'en garde des tonnes, 'au cas oĂą'. 

Et bien sĂ»r, je continue d'acheter rĂ©gulièrement des vĂŞtements, j'ajoute bien plus de vĂŞtements dans ma penderie que j'en enlève et l'accumulation n'a de cesse d'augmenter. J'ai toujours l'impression d'avoir besoin d'une nouvelle chose. Exemple d'une de mes dernières rĂ©flexions: "tiens j'ai une veste Ă  effet daim camel mais j'en aimerais une noire". Alors j'ai achetĂ© cette veste, il y a 3 mois, je ne l'ai portĂ©e qu'une fois. J'en avais besoin? Elle m'est-vraiment utile? Ben... on peut difficilement rĂ©pondre oui Ă  cette question. 

Toujours en regardant mes vêtements, j'ai retrouvé une blouse neuve, avec l'étiquette, que j'avais achetée juste avant de partir. Je m'étais dit "j'ai trop hâte de la porter!". Sauf qu'en la revoyant en rentrant, j'ai réalisé que pendant deux semaines, je n'avais pas pensé une seule seconde à ce vêtement: je l'avais complètement oublié. Si je commence à oublier ce que j'ai...

Alors j'ai fait un tri. J'ai dĂ©cidĂ© d'enlever les 'au cas oĂą', et les 'peut-ĂŞtre un jour'. Pour tout dire, ce tri n'est pas encore terminĂ©, j'ai des vĂŞtements entre mon appartement, et ma chambre chez mes parents et ce tri drastique ne se fera pas en une journĂ©e. Mais j'ai eu mon dĂ©clic. Est-ce que j'ai besoin d'avoir autant de choses? Pas du tout. 80% de ce que je possède ne m'est pas nĂ©cĂ©ssaire. 

J'ai rĂ©alisĂ© que cette idĂ©e fonctionne pour tout ce que je possède, livres, objets dĂ©cos, appareils photos (j'en ai plusieurs Ă  moi seule), etc, etc... La liste est interminable. 

Alors j'ai menĂ© des recherches sur internet. Je suis retournĂ©e sur le blog de Marine de Winter is Reading qui avait postĂ© un article sur le minimalisme. J'avais lu son article sans le lire vraiment et sans le comprendre, et en le relisant, je me suis identifiĂ©e Ă  tout ce qui Ă©tait Ă©crit. Alors j'ai fait les comptes. Dans mon appartement oĂą je vis seule, j'ai plus de 10 assiettes, plus de 12 tasses, une dizaine de serviettes de bain etc... J'ai finalement bien plus de matĂ©riel que je n'en ai vraiment besoin. 

Je n'ai pas encore osé compter tous les objets décos qui saturent mon champ visuel partout dans l'appartement que ce soit sur les murs ou sur les étagères, même si je les adore. Est-ce que je les apprécie vraiment? Tous ces objets jolis, si j'en ai trop? Et si j'en avais moins et que je les appréciais vraiment?

Alors j'ai moi aussi regardĂ©, quelques jours plus tard, le documentaire Minimalism rĂ©alisĂ© par Matt d’Avella (dispo sur Netflix). Et ce reportage est complètement entrĂ© en rĂ©sonance avec tout ce que je ressentais au moment prĂ©sent. Ce que j'ai compris du minimalisme? C'est se contenter de l'essentiel, du nĂ©cĂ©ssaire, de choisir des choses simples, de vivre simplement, s'Ă©loigner du 'trop', de la surconsommation. C'est comprendre que le bonheur est ailleurs que dans nos possessions. 

J'ai donc dĂ©cidĂ© de commencer Ă  Ă©voluer dans ce sens, petit Ă  petit, pas Ă  pas. De faire le tri, de donner, d'offrir, fournir une nouvelle vie Ă  ce qui n'est pas nĂ©cĂ©ssaire pour moi mais qui pourrait l'ĂŞtre Ă  quelqu'un d'autre. Je prends le temps, de trier peu Ă  peu, pièce par pièce ou thème par thème. Ca ne va pas se faire en un claquement de doigts. Si le choc est trop brutal, je risque plutĂ´t de faire le chemin inverse et je prĂ©fère prendre le temps. 

Un de mes premiers pas a été de ne pas faire les soldes. Je les fais pourtant toujours. Alors que je n'ai besoin de rien. J'ai regardé mes copines me montrer leurs nouveaux achats, en me disant, oui tout est joli, mais j'ai déjà plein de jolis vêtements. Je n'en ai pas besoin de nouveaux

Bien sĂ»r, le problème que tous les grands lecteurs comme moi vont rencontrer sont les livres papier. Comment faire ce chemin si on aime profondĂ©ment nos livres? Car oui, une immense bibliothèque bien garnie, c'est somptueux. Mais il faut qu'elle ajoute de la valeur ajoutĂ©e Ă  mon bonheur, pas qu'elle me donne envie de l'agrandir sans cesse... J'ai regardĂ© ma propre bibliothèque. Si je ne garde les livres que je peux vraiment potentiellement relire, je ne possĂ©derais que 20% de ce que j'ai actuellement. J'en ai dĂ©jĂ  enlevĂ©, je n'ai pas encore terminĂ©... mais je compte avancer au fil des mois. 

Ne garder que l'essentiel en livres. Et pas ceux qui me paraissent jolis, ou que tout le monde a, ou qu'il faut Ă  tout prix avoir pour avoir une bibliothèque 'digne'. Sous-entendu ces livres qu'il faut avoir ce livre dans toute bonne biblio. Mais si le lecteur qui possède la biblio ne l'aime pas? Quel intĂ©rĂŞt? Le sujet des livres pourrait faire un article Ă  part entière. J'en reparlerai peut-ĂŞtre une prochaine fois... 

Je pense que c'est un chemin qui va évoluer dans le temps et peut-être que je viendrai vous en reparler par ici. Mais la réponse à la question est : oui, je possède trop de choses, et oui, je veux que cela change

Cet article a Ă©tĂ© particulièrement long, merci si vous m'avez lue jusqu'au bout et n'hĂ©sitez pas Ă  me dire dans les commentaires ce que vous pensez de tout ceci. 

4 commentaires:

  1. Je pense aussi que je possède trop de choses, surtout niveau déco et petits objets pas très utile. Par exemple, j'ai une collection de carnets dont je ne me sers jamais ou une quantité de produits bien trop nombreux pour un seul corps dans les placards de ma salle de bain. Je suis très conservatrice (je pense que je tiens ça de ma mère) et je garde beaucoup de chose qui ne me serviront plus. On a toujours cette tendance à garder "au cas où", on accumule, on a plus de places et au lieu de trier, on rachète des meubles pour stocker haha.
    J'ai lu plusieurs articles sur le sujet aussi, c'est beaucoup mis en avant ces temps-ci et ça m'a fait réfléchir. J'ai fait un petit tri récemment. Je dois dire que j'ai du mal à jeter et il y a des chose que je ne vois pas à qui donner ou sur quelle plateforme vendre.
    Ce documentaire m'intéresse, j'essayerais de la regarder quand je reviendrais de vacances.
    Article très intéressant, qui donne à réfléchir.

    RĂ©pondreSupprimer
    RĂ©ponses
    1. La déco c'est un fléau :) Surtout que pour mon cas, j'adore aller flâner dans les magasins décos et il y a souvent beaucoup de tentations...

      Emmaüs récupère beaucoup de choses, après dans ma ville, il y a un endroit où je peux déposer des vieux meubles, vieilleries etc, la personne retape et revend ou vend en l'état pour très peu cher... Ca a l'avantage d'aider d'autres personnes.

      Tu me diras ce que tu penses du documentaire ;) Je suis contente que mon article t'ait intéressée! Bises.

      Supprimer
  2. AHha moi en attend, j'attends le haaaaaul de snap éhhé

    RĂ©pondreSupprimer
    RĂ©ponses
    1. Hahaha, je ris jaune. Bon, en vrai, je vais enlever autant de vêtements que j'en ai achetés! MOTIVEE je suis!

      Supprimer

Merci de m'Ă©crire, je te rĂ©pondrai avec plaisir :) ❤ !

Instagram