mardi 18 avril 2017

Chère Ijeawele, Chimamanda Ngozi Adichie: à lire!

Précisions d'emblée le sous-titre de ce joli petit livre qu'est Chère Ijeawele de Chimamanda Ngozi Adiche : ou un manifeste pour une éducation féministe. J'imagine que beaucoup d'entre vous connaissent cet auteure grâce à son très réussi roman, Americanah, sauf que, pour mon cas, après avoir découvert cette brillante jeune femme, j'ai mis un certain temps avant de découvrir son engagement féministe. Pourtant, maintenant, je sais que cet engagement est très présent sur les réseaux sociaux, qu'on pouvait déjà lire d'elle Nous sommes tous des féministes (We Should All Be Feminists) dans la collection à 2€ de chez Folio... Sauf que voilà, ça n'était pas vraiment parvenu jusqu'à moi, j'étais plus ou moins passée à côté de tout ça par je ne sais pas quel mystère! Et pour dire, j'ai découvert cet engagement à peine quelques semaines avant de lire Chère Ijeawele. Alors bien évidemment, quand je suis tombée dessus en librairie, je n'ai pas hésité une seule seconde avant de me le procurer. 

***

Quatrième de couverture de l'éditeur (Gallimard)
«Je suis convaincue de l’urgence morale qu’il y a à nous atteler à imaginer ensemble une éducation différente pour nos enfants, pour tenter de créer un monde plus juste à l’égard des femmes et des hommes.» 

À une amie qui lui demande quelques conseils pour élever selon les règles de l’art du féminisme la petite fille qu’elle vient de mettre au monde, Chimamanda Ngozi Adichie répond sous la forme d’une missive enjouée, non dénuée d’ironie, qui prend vite la tournure d’un manifeste. 
L’écrivain nigériane examine les situations concrètes qui se présentent aux parents d’une petite fille et explique comment déjouer les pièges que nous tend le sexisme, à travers des exemples tirés de sa propre expérience. 
Cette lettre manifeste s’adresse à tous : aux hommes comme aux femmes, aux parents en devenir, à l’enfant qui subsiste en nous et qui s’interroge sur l’éducation qu’il a reçue. Chacun y trouvera les clés d’une ligne de conduite féministe, qui consiste à croire en la pleine égalité des sexes et à l’encourager. 

***

Il est d'abord intéressant de voir qu'on parle d'éducation dans cet essai : parce que je suis d'accord, c'est au cours de l'enfance et de l'éducation que tout se joue. Pourquoi dit-on a une petite fille qui choisit son Happy Meal au McDo (si par chance, elle a le choix et qu'on ne lui fourre pas immédiatement le jouet 'pour filles' dans les mains), tu veux le jouet pour filles ou pour garçons? Pourquoi ne lui dit-on pas, tu veux quel jouet, lui ou lui? Inconsciemment ou pas, la petite fille se sentirait presque coupable si elle voulait le jouet 'pour garçons' alors qu'elle est 'une fille'. A bien des échelles, on fait toujours cette distinction hommes/femmes, à tel point que parfois, de nombreuses choses peuvent passer inaperçues à nos yeux avec le temps. Par chez moi, j'entends une expression pour qualifier les bavards: "il ou elle a une langue de femme". Au quotidien, il y a donc bon nombre de distinctions qui sont faites, souvent en défaveur de la femme, selon moi, et on ne les remarque pas ou plus. On s'insurge moins pour des détails, et pourtant, ce n'est pas quand tous ces détails auront disparu que cette lutte sera terminée? 

J'en reviens au texte. Le point fort de cet essai, ce manifeste devrais-je dire, est sûrement sa concision, c'est un petit livre, lu en une heure. Bien sûr, il ne peut donc pas tout dire et vous en donner des couches et des couches, mais je le considère personnellement comme une belle porte d'entrée pour celles et ceux que le sujet intéresse. Il donne un bon aperçu de ce qui est essentiel. On pourrait lui reprocher d'être centré sur la culture nigériane: sauf que Chimamanda Ngozi Adichie parle de ce qu'elle connaît, c'est évident. Elle ne va pas aller chercher des exemples dans une culture qu'elle ne connaît pas vraiment. Et il faut le dire, l'inégalité hommes/femmes, est présente partout... 

En bref, c'est un texte que je conseillerai à tous: parce que si vous commencez seulement à vous intéresser au féminisme, c'est un bon ouvrage pour débuter, ou si vous êtes déjà averti sur le sujet, c'est une belle lecture à faire. Elle m'a personnellement fait mettre des termes sur des idées que je connaissais, sans pouvoir les nommer (le light feminism par exemple), et une piqure de rappel de temps en temps ne fait jamais de mal à personne.

Le saviez-vous? Chimamanda Ngozi Adichie a donné sa voix dans le clip Flawless de Beyoncé. En effet, on entend une partie de son discours We Should All Be Feminists proféré lors d'une conférence TED en décembre 2012! Vous pouvez l'entendre à partir 1 minute 26 de vidéo. C'est le discours du best-seller dont je vous parlais un peu plus haut.

***
Chimamanda Ngozi Adichie : Chère Ijeawele ou un manifeste pour une éducation féministe (Dear Ijeawele, or a Feminist Manifesto in Fifteen Suggestions). Genre: Essai. 84 pages. 8€50. 

2 commentaires:

  1. Et bah écoute c'est loin de ce que je lis actuellement mais ça a éveillé ma curiosité ! Welcome back ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Haha, lis-le si un jour il te tombe entre les mains! Merci♥♥

      Supprimer

Merci de m'écrire, je te répondrai avec plaisir :) ❤ !